Une année à Curico au Chili

Hey les voyageurs,

Je vous présente Jérome que j’ai rencontré aux Etats- Unis. Nous avons travaillé ensemble dans une école franco- américaine. Jérome avait déjà une grande expérience d’expatrié: il était resté 7 ans à New York puis est parti une année au Chili avant de revenir dans le New Jersey. Il revient ici sur son année à Curico au Chili.

 Peux- tu te présenter en quelques mots…

Je m’appelle Jérome, j’ai 39 ans et suis originaire du Sud-Ouest de la France Je suis professeur des écoles et ai enseigné 11 ans à l’étranger avant de retourner en région parisienne.

 Pourquoi ou qu’est ce qui t’as amené à t’installer dans cette ville ?

Après avoir passé plusieurs années à New York, j’avais envie de plus de nature, de prendre le temps et de laisser mon petit appartement pour un espace plus grand ! Découvrir le Chili où j’avais adoré passer mes vacances quelques années plus tôt fut une belle opportunité que j’ai saisi.

Qu’as- tu le plus aimé?

Le fait d’avoir une grande maison m’a enchanté. M’occuper de mon jardin m’a permis de faire un vrai retour aux sources après New York. La ville a gardé beaucoup de fêtes traditionnelles tout au long de l’année, autant les danses, les vêtements et les plats gastronomiques sont un plaisir à découvrir.

A contrario, qu’est ce qui a été le plus compliqué ou que tu as le moins aimé ?

Le plus dur indéniablement a été le coté administratif. Pour avoir une ligne téléphonique, un compte bancaire, un abonnement internet… il faut obtenir un numéro équivalent au numéro de sécurité sociale, le RUT. Obtenir ce RUT peut prendre 6 mois et demande beaucoup de patience dans les différents lieux administratifs où il faut faire les démarches. J’ai le sourire aux lèvres en me remémorant ces démarches mais sur le coup j’avais l’impression d’être dans un autre monde. Autre coté un peu compliqué pour moi était le froid de l’hiver à l’intérieur de la maison ou dans les différents restaurants. Leur isolation n’est pas très efficace, et leur chauffage loin d’être central. Il peut arriver de manger au restaurant avec le manteau ou de devoir relaver le linge qui ne sèche pas à cause l’humidité.

Ton endroit ou quartier préféré?

Le bar Iguana est très sympa. Le cadre est superbe, les serveurs chaleureux, boisson et nourriture au top et on peut même y entendre du français parfois.

Un spot photo à conseiller. 

El Cerro Condell, lieu de footing ou de pique nique, de là haut on domine toute la ville.

La spécialité culinaire à goûter absolument. 

On mange bien au Chili, leurs viandes sont un régal. J’ai été marqué par le Completo, une sorte de hotdog avec de la sauce à l’avocat. Parfois il est servi avec beaucoup de mayonnaise ou moutarde ce qui gâche un peu mais pour un amateur d’avocat c’est parfait pour un lunch rapide.

 Une activité à ne pas rater.

Curico est située sur la route des vins mais il y a plusieurs excursions à faire. Pour les amateurs de surf, comme les débutants un petit tour à Pichilemu est un ravissement.

Je sais question difficile mais si tu devais nous partager ton meilleur souvenir ou un souvenir marquant dans cette ville ce serait lequel?

Dès mon arrivée j’ai été frappé par la gentillesse des chiliens. Chaleureux et accueillants, ils n’ont pas hésité à donner de leur temps pour m’aider à m’installer et répondre à mes questions. Je me souviens qu’ils m’ont amené un peu partout dans la ville pour visiter des appartements et des maisons, ça a rendu l’arrivée beaucoup plus douce.

 Quel conseil donnerais- tu à un futur expatrié qui souhaiterait s’y installer .

Il n’est pas facile d’obtenir ce fameux RUT sans un emploi, ce qui ouvre quand même la possibilité de vivre sereinement. Le Chili est cependant encore en développement dans beaucoup de secteurs et je pense qu’il y a pas mal de services et de produits à leur amener donc avis aux entrepreneurs motivés.

Merci Jérome pour cette découverte de Curico au Chili.